Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Roth Immobilier, Agence immobilière METZ 57000

Le Muguet : Histoire et Légendes Urbaines

Publiée le 01/05/2020

 

Convallaria majalis : Kézako ?

Si on vous dit : Printemps, Clochettes, Vivace… et 1er Mai ? et oui, vous l’aurez deviné, le Convallaria Majalis est le nom scientifique du Muguet que nous nous offrons traditionnellement en ce jour de la fête du travail. Mais d’où vient cette tradition ? pourquoi du Muguet ? pourquoi le 1er mai ? et pourquoi le jour de la fête du travail ? On vous dit tout !

 

La légende derrière l’offrande florale : Catherine de Médicis et son fils le jeune Roi Charles IX

Le jeune Roi Charles IX, enfanté par la célèbre Catherine de Médicis, n’avait pas la tradition de la chronique en odeur de sainteté. On ne connait pas, à ce jour, d’écrits qui relateraient la tradition de cette offrande délicate le jour du 1er mai. Les spéculations vont bon train et 2 légendes ayant pour protagonistes les deux figures royales évoquées plus tôt, nous racontent 2 histoires.

La première :

En 1564, Catherine de Médicis qui n’est plus régente du royaume de France, agit toujours dans l’intérêt de son souverain de Fils, le Roi Charles IX et, alors que les conflits entre catholiques et protestants font rage, va partir en province afin d’apprivoiser les uns et les autres dans « une union civile » qu’elle voulait salutaire. Elle fait une escale dans le pays Tricastin (notre actuelle drome) où les protestants dominent. Mais voilà, la mère du Dauphin de France n’est pas du tout appréciée en ces lieux, elle trouve refuge chez Louis de Girard de Maisonforte dit Chevalier de Saint Paul Trois Châteaux.

Les protestants y sont également présents mais le chevalier apprécie la volonté de la royauté de rassembler au lieu de diviser et d’attaquer les protestants (ce qui changera les siècles suivants, malgré l’édit de Nantes… mais c’est une autre Histoire). On dit alors que se baladant dans le Jardin de ce dernier, Catherine de Médicis se vit offrir un beau bouquet fraîchement cueilli de petites fleurs du printemps : la légende veut que ce bouquet de muguet fut rapporté au Roi son Fils et que celui-ci, peu habitué par les usages du protocole du fait de son jeune âge, en offrit chaque brin aux membres féminins de sa cour le 1er mai, jour de retour de son aimante mère, ce qui devint symbole prote bonheur et érigea le Tricastin en berceau de cette tradition.

La seconde :

Mêmes personnages mais, 2 ans après la première histoire. Catherine de Médicis rencontre le Chevalier de Saint Paul Trois Châteaux et va le mandater pour une mission diplomatique en Italie.

Cette mission effectuée, il serait revenu à la hâte auprès de sa mandante et, du fait de son empressement, aurait cueilli un bouquet de Muguet à lui offrir.

Celui-ci serait arrivé intact dans les mains de l’ancienne régente et aurait fait son bonheur un jour de 1er mai, et en aura fait un symbole porte bonheur à offrir chaque année à la même date pour rappeler les bienfaits de ce bon chevalier.

 

La tradition se modifia avec le temps…

Les siècles ne lui rendant pas justice. Puis, vint l’époque d’un célèbre chansonnier : Félix Mayol. Le « chansonnier Mayol » comme on l’appelait à cette époque, connaissait un succès important dans sa région natale de Toulon.

Cette célébrité et son talent fit grand bruit et jusqu’à Paris on entendait parler de lui. Grace à sa notoriété grandissante, il fut engagé au célèbre cabaret de cette fin du 19ème siècle « le Concert Parisien » (appelé par la suite le « Concert Mayol » car racheté par le Toulonnais chanteur et qui disparu du 10ème arrondissement de Paris).

Son contrat signé, il quitta son Var natal pour la capitale en fête où il arriva le 1er mai. 

Son amie de l’époque, Jenny COOK, lui offrit un bouquet de ce muguet porte-bonheur qu’on offrait chaque année à cette date. On raconte que lors de sa première sur les planches du Concert Parisien, il voulu se présenter comme les grands de ce monde avec, la coutume de l’élite l’exigeait, un camélia à sa boutonnière. Prix au dépourvu par le temps qui lui restait, il ne pu trouver la fleur et se décida à porter un brin de muguet à la place. La légende raconte que ce brin se mit à éclore sur scène et cette éclosion fut à ces yeux un signe du destin et le chansonnier en fit son emblème.

 

La tradition du Muguet Porte-Bonheur et la fête du travail :

Après les derniers évènements relatés par Mayol et ses contemporains, la seconde guerre mondiale plonge la France dans la compromission et va hisser le Maréchal Pétain au pouvoir. Ce dernier, voulant certainement redonner un peu de joie dans le cœur des Français, institua le 1er mai comme la « fête du travail et de la concorde sociale » et utilisa le symbole du brin de muguet porte-bonheur à offrir ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Century 21 – Racontons-nous Tout, lisons bien !

Notre actualité