Bienvenue chez CENTURY 21 Roth Immobilier, Agence immobilière METZ 57000

Le DPE – Kézako ?

Publiée le 31/07/2018

 

Le DPE – Diagnostic de Performance Energétique

Beaucoup d’entre vous ont déjà vu ce petit logo barbare et angoissant… on ne sait jamais comment l’interpréter réellement sinon que plus le curseur est au vert, mieux ça doit être.

On la retrouve dans nos affiches de biens en vitrines, et par mesure de clarté, on vous explique un peu plus de quoi il s’agit.

 

 

Depuis la rentrée en vigueur de protocole de Kyoto en 2005, l’Union Européenne étant signataire, la France a procédé à quelques changements concernant les directives de performances énergétiques.

Dans la veine des idées de ce protocole visant à limiter au maximum les émissions de gaz à effet de serre, le DPE a donc été exigé : c’est depuis 2008 que tous les bâtiments doivent être diagnostiqués afin d’en évaluer plusieurs critères.

1)      La consommation annuelle des énergies, chiffrée en kWh et en €uros.

2)      Le positionnement en consommation d'énergie primaire par m2 par an & en émission de gaz à effet de serre par m2 par an.

3)      Le descriptif du local en prenant en compte le bâti (à savoir : les parois verticales, les fenêtres, les portes, le plafond et le plancher), et des systèmes tels que le chauffage, l’eau chaude sanitaire, la ventilation et le refroidissement.

4)      Sa conclusion faite de recommandations d'améliorations énergétiques.

 

Mais qui procède à ce genre de diagnostic ?

 

un diagnostiqueur, cette blague…   Oui !!! mais pas n’importe lequel car il doit être certifié personnellement (et non son entreprise) par un organisme accrédité depuis le 1er novembre 2007.

 

La certification lui permet de vous garantir de ses compétences sur le plan technique et pratique mais aussi, il est censé avoir souscrit à une assurance concernant ses engagements professionnels liés à la conclusion du DPE.

 

Enfin, il doit être garant d’une intégrité morale le mettant à l’écart de tout conflit d’intérêt.

 

Ce qu’il faut retenir est que le diagnostiqueur certifié engage sa responsabilité, ce qui est un gage de professionnalisme.

 

 

 

Détaillons ensemble le fruit d’un DPE en bonne et due forme et interprétons les images qui en découlent. 

Que ces dégradés de couleurs sont beaux !! Vous ne trouvez pas ? Chacun a son objectif : vous renseigner en un instant. Ces renseignements sont (source Wikipédia) :

0 - 50 classe A. Les logements les plus performants ; difficilement atteignable en rénovation mais accessible pour la construction neuve au logement conforme au label règlementaire « Bâtiments basse consommation »,

51 - 90 classe B. Atteignable en construction neuve à condition de disposer d'un système de chauffage et d'ECS performant (pompe à chaleurchaudière à condensation, système solaire…), atteignable en rénovation. Concerne certaines constructions neuves conformes au label réglementaire « Bâtiments Basse Consommation »,

91 - 150 classe C. Standard dans la construction neuve des maisons chauffées au gaz en France (la RT 2005 impose par exemple à Paris au maximum 130 kWh-ep/m2/an).

151 - 230 classe D. Standard dans la construction neuve des maisons chauffées à l'électricité en France (la RT 2005 impose par exemple à Paris au maximum 250 kWh-ep/m2/an) Standard des années 1980 et 90 pour les chauffages à combustibles. Des améliorations substantielles sont facilement atteignables notamment par le remplacement de chaudière et l'isolation des combles et fenêtres, ou par le passage à une pompe à chaleur pour les systèmes électriques.

231 - 330 classe E. Des logements avant le premier choc pétrolier ou des logements anciens chauffés à l'électricité.

331 - 450 classe F. Des logements anciens généralement construits entre 1948 et 1975. Les économies réalisables sont très importantes, le rendement économique (retour sur investissement) est évident.

451 - ... classe G. Le classement pour les bâtiments tertiaires (non explicité dans cet article) descend jusqu'à G également mais avec des variantes d'échelles selon le type de bâtiments. Le dégradé en émissions de gaz à effet de serre (GES) peut être différent en fonction des énergies. Par exemple : le bois a un impact faible en analyse de cycle de vie (13 gCO2eq/kWh) ; la gaz naturel (234 gCO2eq/kWh) a un impact plus faible que le fioul domestique (300 gCO2eq/kWh).

 

                                                                               Le DPE n’a maintenant plus de secrets pour vous !

Notre actualité